Explosion d’un bâtiment à Lutèce

1 décembre 2013

Ce vendredi n’a pas était un jour ordinaire pour ce quartier réputé tranquille du nord de la ville. En effet, peu après quinze heures, les sapeurs-pompiers de la caserne Nord sont alertés pour une explosion dans une maison, 22 Allée des Oliviers, avec notion de trois personnes blessées. Ils arriveront sur les lieux moins de cinq minutes plus tard. Il prendront aussitôt en charge deux adulte de 31 et 38 ans, brûlés sérieusement sur tout le corps, et un enfant de six ans, choqué de cet événement. Les premiers intervenants seront rapidement épaulés par leurs collègues des casernes Sud et Est de la ville.

Le voisin, en ayant appelé rapidement les secours, a eu le bon réflexe. Les premières patrouilles de force de l’ordre, également alertés, ont aussitôt interdit l’accès aux alentours de l’habitation. Après reconnaissance des premiers intervenants, il s’agirait de l’explosion de la chaudière de la maison, sur laquelle les deux hommes étaient en train de faire des travaux. Aucun incendie n’est a déclaré mais la maison a été fragilisée et une équipe spécialisée dans le Sauvetage-Déblaiement a du être mobilisée.

Les deux adultes ont d’abord été transportés au CHU de Lutèce, puis, par la suite, héliportés vers le CHU de Grasse dans le service des Grands Brûlés.

L’intervention s’est terminé aux alentours de seize heures et a mobilisé une quarantaine de sapeurs-pompiers.

Moyens engagés :
LUEN : VSAV 1 – VSAV 2 – FPT – BEA – VCG – VCC
LUEE : VSAV 1 – VSAV 2 – FPTSR – CESD – CT SD
LUES : FPT

Services engagés :
17-FDO
15-CyberSAMU
CyberAutorités
CyberGrDF
CyberErDF

Dramatique accident a Lutèce

12 novembre 2013

Ce Samedi 9 Novembres 2013 aux alentours de 14h00 le Cyber-CTA reçoit un appel pour un accident, impliquant 1 VL seule sur Voie Mathis commune de Lutèce. La VL aurait chutée de 18 mètres pour terminer sur le dos suite à de multiples tonneaux. La conductrice serai toujours à l’intérieur de son véhicule. Aussitôt, l’opérateur du Cyber-CTA engage les moyens adaptés.

Lorsque les véhicules de secours se présente sur les lieux la situation et critique, en effet la conductrice de la VL âgée de 27 ans, est incarcérer dans son véhicule en contre bas de la route, la victime est grièvement blessée.

Rapidement la voie rapide a été coupé dans le sens Est – Ouest.

Le Chef de Groupe demandera l’équipe GRIMP pour évacuer la victime.

Le Lieutenant Frigmund conseillé technique du GRIMP était à la manœuvre avec l’équipe IMP. Le COS était le commandant Gilbert, chef de colonne de Lutèce Nord.

A 16h00 tous les véhicules de secours rentrent sur leur centre respectif, néanmoins la circulation est toujours coupée par les force de l’ordre, une déviation a été mise en place, le temps de remonté le véhicules et remettre en sécurité la voie rapide.

Cette intervention aura mobilisé pendant presque 2 heure plus de 25 Cyber pompiers, le SAMU et les force de l’ordre.

Moyens engagés :
Lutèce Nord : FPT – VLCT IMP – VIMP – Chef de Colonne
Lutèce Sud : VID – BEA
Lutèce Ouest : VSAV – FSR – VCG
Hanovre : VIMP

Un accident dramatique coûte la vie à un Lutéçois.

4 juillet 2013

Ce samedi 29 juin vers 21h30, le cyber-CTA reçoit un appel pour un Accident de la voie publique impliquant une VL seule, sur la corniche de Magnan. La VL aurait percutée un arbre et le conducteur serait toujours à l’intérieur. Aussitôt, l’opérateur cyber-CTA fait partir le FSR et le VSAV 1 Lutèce-Sud, ainsi que le chef de groupe.

- Source et droits d’images : UDR 45 -


lorsque le VSAV se présente sur les lieux, à 20h44, la situation est critique : Une Opel Astra est encastrée dans un arbre, la violence du choc a été telle que la voiture s’est enroulée autour de l’arbre. Le conducteur est bloqué à l’interieur, en arrêt cardio-respiratoire. le FSR et le Chef de groupe Lutèce-Sud se présentent quelques minutes plus tard. Le VRM 1 Lutèce-Sud du SMUR, également engagé sur l’intervention, arrive sur les lieux et prépare en concertation avec l’équipe du VSAV, la réanimation cardio-pulmonaire. Le chef de groupe, l’Adjudant-Chef Rivaldicrepe, passe un message de renseignement à 22h07 :
« En présence d’un accident d’un véhicule de tourisme contre un arbre. 2 impliqués : 1 UA, homme, incarcéré dans son véhicule, inconscient. 1 UR, le témoin de l’accident, un homme, choqué. Désincarcération en cours. Je demande 1 VSAV en renfort pour prise en charge du témoin choqué. »

L’équipe du Fourgon de Secours Routier fait rapidement sauter la portière pour un dégagement d’urgence, et découpe les pédales, qui bloquent les jambes de la victime incarcérée. La victime sera rapidement sortie et déclarée décédée par le médecin du SAMU présent sur les lieux. L’appelant et témoin de l’accident, visiblement en état de choc, sera quant à lui dirigé vers le CHV Lutèce par le VSAV 2 Lutèce-Sud.

Cette dramatique intervention aura mobilisée pendant plus d’une heure Une douzaine de cybers-Sapeurs-Pompiers du centre de secours de Lutèce-Sud, une équipe mobile d’urgence et de réanimation du SMUR Lutèce, les forces de l’ordre et les services de voiries.

UN DRAMATIQUE ACCIDENT DE LA ROUTE DANS LE CENTRE-VILLE DE LUTECE

8 juin 2013

Le samedi 18 mai 2013 vers 18h25, un violent accident a eu lieu dans le centre-ville de Lutèce, impliquant une voiture contre une moto. La moto est encastrée dans la voiture, le motard gît inconscient, à terre. Lorsque l’alerte parvient au cyber-CTA, les opérateurs engagent immédiatement deux VSAV, un FSR et le chef de groupe de Lutèce-Est.

A l’arrivée du VSAV 1 Lutèce-Sud, les secours sont confrontés à une situation dramatique : Le motard, qui a violemment percuté une voiture qui se déportait pour tourner sur la gauche, est en arrêt cardio-respiratoire, à même l’asphalte. L’équipage du VSAV 78 Lutèce-Est procède à une réanimation-cardio-pulmonaire tandis que le VSAV Lutèce-sud prend en charge la conductrice de la voiture, choquée. Le FSR procède quant à lui au balisage de la zone d’intervention. Le VRM SMUR 1 Lutèce se présente sur les lieux et se joint aux manœuvres de réanimation du motard, restées pour le moment infructueuses. La prise en charge de la conductrice, fortement choquée, est rendue difficile par son agitation.

Après de longues minutes de réanimation secouristes et médicales, le motard est déclarée décédé par l’équipe médicale. Les véhicules accidentés sont dégagés conjointement avec les forces de l’ordre, le dépanneur et l’équipe du FSR, la route est progressivement rendue à la circulation.

Cette intervention à l’issue dramatique a nécessité l’engagement d’une dizaine de sapeurs-pompier venus des centres de secours de Lutèce-Sud et Lutèce-Est, des forces de l’ordre et d’une équipe d’urgence réanimation mobile.

_____________________________________________________

Synoptique des moyens engagés sur cette intervention :
SAP : VSAV 86 LUES – VSAV 78 LUEE
SR : FSR 10 LUES
Commandement : VCG 19 LUEE
Autres services : 1 VRM SMUR Lutèce – Forces De l’Ordre
_____________________________________________________
Rédaction et mise en page : Caporal-Chef SBerteand, responsable du service communication CIV Pompiers

L’ANCIENNE FONDERIE DE LUTECE DEVASTEE PAR UN INCENDIE.

22 mai 2013

Il est environ 14h46 lorsque le cyber-CTA reçoit plusieurs appels signalant un incendie à l’ancienne usine de fonderie de Lutèce, au 35 avenue Corniche Fleurie. D’après les premiers renseignements, la toiture serait en feu et une importante fumée se dégagerait du siniste. Fort de se constat, le cyber-CTA engage en première intention le départ type feu industriel, soit le FPT 49 et le chef de groupe Lutèce-Sud, le FPT 48, l’EPC 15 et la cellule dévidoir du CIS Lutèce-Ouest à 14h48.

Le premier engin sur les lieux, le Fourgon-Pompe-Tonne du CIS Lutèce-Sud, se présente 13 minutes après l’alerte. Il est alors confronté à la situation suivante : la toiture de l’ancienne usine est la proie des flammes, un impressionnant panache de fumée noir s’élève dans le ciel. Le chef de groupe, le commandant Yann43, qui se présente quelques minutes après le FPT, passe un message au cyber-CTA qui laisse présager une intervention de longue durée : « feu confirmé, je confirme les moyens et je demande par anticipation un canal tactique niveau 3/4 pour le chantier. » la coupure des fluides est réalisée, l’établissement d’une LDV 500, d’une division alimentée, ainsi que l’alimentation du fourgon sont ordonnées par le chef de groupe. Le FPT 48 et l’EPC 15 se présentent à 15h08. Le dispositif hydraulique est complété par une deuxième LDV 500 et une lance-canon sur échelle aérienne. Les 3 binômes capellent l’ARI. Les reconnaissances menées par le chef de groupe et le chef d’agrès fourgon permettent de trouver l’origine de l’incendie : un tas de palettes vraisemblablement incendiées par des jeunes brûlent au milieux de l’usine, propageant l’incendie à toute la toiture.

A 15h33, le commandant Yann33 passe un message de renseignement au cyber-CTA ; « En présence d’un feu dans une ancienne fonderie désafectée. Le feu interesse un important tas de palettes, feu virulent avec risque de propagation à toiture en bois. Batiment d’une surface de 600m² au sol. Reconnaissances en cours. 1 LDV500 en action sur FPT49 alimenté, une deuxiemme LDV500 en préparation. 1 Lance-canon en préparation sur EPC alimenté par FPT48 alimenté. Je demande un VSAV, VARE ainsi qu’un 3 eme FPT. Je prend le COS, appellation COS Lutèce. »

A 15h51, le capitaine Guy, chef d’agrès fourgon du CI Lutèce-Sud, ordonne l’évacuation du bâtiment de tous les binômes engagés en raison du risque d’effondrement de la structure, soumise à rude épreuve. Le VARE se présente à son tour et assure l’alimentation en air des binôme sous ARI. Le binôme d’alimentation du FPT LUES prend le relais du BAT afin que l’approvisionnement en ARI soit assuré. Le commandant Yann43 passe  » Feu circonscrit » à 16h17.

Des relevés stoechiométriques sont effectués par le chef d’agrès du FPT Lutèce-Sud afin d’écarter tout risque d’explosion ou de toxicité de l’air saturé en CO. Après ces différents relevés au moyen de l’explosimètre, il s’avère qu’aucun danger n’est décelé. Dans le même temps, un renfort Sauvetage Déblaiement de niveau 1 est demandé pour assurer le déblai en toute sécurité aux vues de la fragilité de la structure. Le commandant Yann43 allège progressivement le dispositif de secours, en désengageant le FPT et l’EPC du CI lutèce-Sud. le COS sera par la suite assuré par le chef d’agrès FPT 51, afin de terminer les opérations de noyage et de déblai.

Cette intervention aura nécessité l’engagement d’une 30 aine de sapeurs-pompiers au plus fort du sinistre, l’intervention de la 17, de C-GrDF et C-ErDF. A noter que le maire de Lutèce s’est en personne déplacé sur le lieux de l’intervention.

___________________________________________________________

Synoptique des moyens engagés :
- INC : FPT 49 LUES – [FPT 48 - EPC 15 - CeDE] LUEO – FPT 51 LUEN – VARE 02 BAA – CeARIVE 01 GAS
- Commandement : VCG 31
- Spé : [VLCTSD 01 - CeSD 01] LUEE
- SSO : VSAV 78 LUEO 82

Autre services : 17 – c-ErDF – c-GrDF – Autorités municipales

________________________________________________________

Moyens mis en oeuvre :
- 3 LDV 500 dont 1 sur échelle aérienne
- Dispositif d’alimentation en ARI assuré par le VARE et la CeARIVE
- Soutien Sanitaire Opérationnel assuré par le VSAV 82
______________________________________________________
Bilan humain et matériel :

- 1 bâtiment industriel désaffecté à usage fonderie totalement détruit par l’incendie
______________________________________________________
Rédaction et mise en page : SBertrand, chef de service Communication CIV Pompiers.

Le Lutéçois agressé en plein centre-ville est décédé.

22 mai 2013

Un Lutéçois âgé de 54 ans est décédé des suite de ses blessures, au Centre Hospitalier Universitaire Virtuel de la Timone, après y avoir été transféré en urgence par hélicoptère suite à une agression en plein centre-ville de Lutèce, vendredi soir. D’après les premières constatations des médecins qui l’ont examiné, la victime est « décédée suite à de multiples lésions traumatiques, notamment au niveau de la boîte crânienne. » Une autopsie a été demandée par le c-procureur de la république afin de déterminer précisément les causes de la mort de cet habitant qui, semble-t-il, était connu des services de c-police.

Ce sont les cybers-sapeurs-pompiers virtuels du C.I.S Lutèce qui l’ont pris en charge, rapidement secondés par une équipe du SMUR venue du CHV de Lutèce. Partis pour une personne à terre dans un parc intérieur d’immeuble, ils ont découvert un homme gisant à terre, inconscient, polytraumatisé. Après avoir fait un premier bilan d’urgence vital et les gestes de secours qui s’imposaient en compagnie de ses hommes, le Sergent-Chef Stefen76, chef d’agrès au VSAV 86 LUES a immédiatement demandé le concours d’une équipe médicale afin de prendre en charge la victime considérée dès sa découverte comme une urgence absolue. Le SMUR 1 Lutèce, rapidement sur les lieux, a pris en charge médicalement la victime, intubée, ventilée, perfusée et scoopée sur place, de manière à la stabiliser avant son transport sur un hôpital. Compte tenu de la gravité des blessures du cinquantenaire, la régulation médicale a organisé une évacuation sanitaire (EVASAN) par HéliSMUR pour diriger la victime vers un centre hospitalier spécialisé en neurochirurgie. Placée dans le coma artificiel et sous assistance respiratoire, l’état de la victime, dont le pronostic vital était très engagé, n’a cessé de se dégrader durant le week-end. « Les lésions cérébrales étaient trop importantes pour espérer une quelconque récupération, sans oublier qu’après de multiples scanners, de nombreuses hémorragies interne ont été décelées. Le patient était inopérable car instable sur le plan médical. A titre d’exemple, Il a subit trois arrêts cardio-respiratoire en 48 heures », témoigne le médecin-chef du service neurologique du CHV la Timone.

Selon les premiers éléments de l’enquête menée par les force de l’ordre, il s’agirait d’un réglement de compte entre anciens membres d’un groupe de braqueurs, qui avait dévalisé des bijouteries de la région en 2004. En effet, la victime assassinée était connue des services de police, et venait de sortir de prison après y avoir passé 8 ans pour vol à main armé et tentative de meurtre sur un bijoutier de Nicae.

Cette agression particulièrement violente a secoué les habitants de Lutèce, et accentue le sentiment d’insécurité, grandissant en ces temps de crise.

___________________________________________________________
Sources : cyber-17, service de neurochirurgie du CHV La Timone

___________________________________________________________

Mise en page et rédaction : SBertrand, Service Communication CIV Pompiers.

Un dramatique incendie dans le centre-ville de Lutèce.

22 mai 2013

Mercredi 23 avril 2013, les sapeurs-pompiers du CIV sont alertés pour un feu d’habitation individuelle avec la notion d’un enfant porté manquant. Une intervention particulièrement difficile pour les intervenants et les parents de la victime. Retour sur ce dramatique incendie qui a coûté la vie à ce petit garçon de 5 ans, à travers le récit de l’Adjudant-Chef Monitorimperial, alors chef de groupe…

- S.C* : Adjudant-Chef monitorimperial, quelle était votre place durant cette intervention ?
- ADC Monitorimperial : J’ai été alerté pour prendre le départ de cette intervention en tant que Chef de Groupe, je suis arrivé après les moyen de la caserne de Lutéce Sud. J’ai donc prit connaissance de la situation auprès des premiers intervenants, puis mon rôle a été de coordonner l’action de mes hommes, de briefer les pompiers qui arrivaient mais aussi d’assurer la relation avec les autres service engagé sur l’intervention. J’ai par la suite dû rassurer et épauler les parents de la jeune victime.

- S. C.* : A votre arrivée sur les lieux, quelle est la situation et les premières actions entreprises ? Quels étaient les moyens déjà sur place ?
- ADC Monitorimperial : Je suis arrivé à bord du VCG10, le FPT 49 et l’EPC de LUES étaient déjà sur place, ils avaient déjà établi une LDV500 et étaient partis en reconnaissance par l’extérieur. La grande échelle, elle, s’était mise en position juste avant que j’aille à leur rencontre. Le pavillon de plein pied été en feu au niveau de la cuisine mais les parents avaient confirmé la notion de victime, nous avons donc entrepris des reconnaissances.

- S. C.* : J’imagine que vos hommes ont été soumis à une intense pression…
- ADC Monitorimperial : En effet quand on sait que la vie d’un homme et plus particulièrement d’un enfant est en jeu, les nerfs des hommes sont mit à rude épreuve.

- S. C.* : Quelles idées de manœuvre avez-vous mis en application pour tenter de retrouver l’enfant ?
- ADC Monitorimperial : Le feu était assez localisé dans la cuisine mais la fumée avait envahit toute l’habitation, y compris les chambres. J’ai donc fait pénétré un binôme avec une lance pour reconnaissance. Dans le même temps un binôme du premier fourgon sur les lieux entreprenait une reconnaissance par l’extérieur, les parents savaient que leur fils de 5 ans se trouvait dans sa chambre dont une fenêtre donnait sur l’extérieur. Ce binôme a trouvé la victime au pied de son lit en pyjama, ils l’ont dégagé d’urgence pour l’amener auprès de l’ambulance et du 15.

- S. C.* : L’enfant était en ACR quand le binôme l’a trouvé ?
- ADC Monitorimperial : La victime a en effet été prise en charge en ACR.

- S. C.* : Les parents ont-ils appris la nouvelle dès que l’enfant a été sorti ? Les manoeuvres de réanimation ont-elles été efficaces ?

- ADC Monitorimperial : J’ai informé les parents dès que nous l’avons découvert, je les ai tenu à l’écart le temps que le 15 établisse un bilan mais malgré tous les efforts de l’équipe de secouristes et de l’équipe médicale, la réanimation n’a pas permis de le sauvé.

- S. C.* : J’imagine qu’ils ont été fortement affectés par la perte de leur enfant… Comment avez-vous géré ce facteur humain ?

- ADC Monitorimperial : Ils étaient effectivement enfondrés. Le probléme dans ce genre de situation c’est que nous n’avons pas de formation spécifique à ce sujet, c’est pour cela que nous restons en retrait et laissons le medecin urgentiste s’en occuper.

- S. C.* : Une dernière question, plus terre-à-terre : Quels ont été les moyens engagés sur cette intervention ? Les actions entreprises, le dispositif hydraulique, et le bilan humain et matériel de ce sinistre ?
- ADC Monitorimperial : Se trouvaient sur les lieux du sinistre 2 FPT, 1 EPC, 1 VSAV et 1 VCG. Nous avons d’abord commencé par les reconnaissances et le sauvetages puis s’en est suivi l’extinction, le noyage et le déblai. A noter que l’EPC a du créer deux exutoires dans le toit pour procéder à l’évacuation des fumées. Au plus fort de l’intervention, deux LDV 500 étaient établis, la lance canon a étaient alimentée par le second FPT mais elle n’a pas été utilisée. Pour ce qui du bilan matériel, la cuisine est complétement détruite, le reste de l’habitation noircie par les fumées. Et malheureusement l’enfant de la famille a périt dans l’incendie sans doute par asphyxie.

S. C.* : Monitorimperial, je vous remercie de m’avoir accordé cette interview, à bientôt.
_________________________________
S. C.* : Service Communication.

___________________________________________________________________________
Rédaction et mise en page : Caporal SBertrand, Service Communication du CIV.

Une habitation entièrement détruite par les flammes à Lutèce.

21 mai 2013

Ce mercredi 10 avril 2013, il est environ 13h26 au cyber-CTA lorsque que parviennent de nombreux appels pour un violent feu d’habitation individuelle abandonnée, mais semble-il squattée. Le C-CTA engage aussitôt un départ normal constitué du FPT 49, de l’EPC 10 et du VCG 31 du cyber-centre de secours de Lutèce-Sud, complété par le fourgon pompe-tonne léger du CIS lutèce-Ouest. Un impressionnant panache de fumée est visible depuis le centre-ville de Lutèce, et laisse présager un intervention difficile et qui va marquer par sa durée.


Lorsque les engins du c-centre de secours de Lutèce-Sud se présentent à 13h38, sous le commandement du lieutenant Dwayne, chef de groupe Lutèce-Sud, une importante fumée envahit la rue et l’incendie, d’une rare violence, ravage la totalité de la toiture. Le chef de groupe identifie un risque de propagation à une habitation mitoyenne, et une ligne haute tension sur le côté gauche de l’habitation concernée par l’incendie. Aussitôt, il fait établir 3 LDV 500, dont une sur l’échelle aérienne de Lutèce-Sud, et une division alimentée au pied de l’habitation, avec pour mission d’enrayer la propagation à l’habitation contiguë et d’attaquer massivement l’incendie. Les fluides sont coupés par le chef d’agrès fourgon Lutèce-Sud pour éviter tout risque d’électrocution du personnel engagé sur l’intervention.


A 14h18, le binôme d’attaque du fourgon pompe-tonne de Lutèce-Sud pénètre au rez-de-chaussée de l’habitation, ARI Capelés, armé d’une LDV 500. La fumée a envahit la totalité du bâtiment et le BAT progresse difficilement. Le Cyber-CTA active la phase 1 du CODIS et ouvre une fréquence tactique, sur demande du chef de groupe. Parallèlement à l’exploration de l’habitation par le BAT du FPT Lutèce-Sud, le FPTL de Lutèce-Ouest qui s’est présenté à son tour, établit une LDV 500 via son BAT, pour assurer la sécurité de binôme engagé dans l’habitation.

La toiture de l’habitation, soumise au contraintes de l’incendie et à l’attaque de la LDV sur l’EPC 10 Lutèce-Sud, s’effondre sur elle-même à 14h33. Le binôme d’attaque parvient à sortir de la maison sans dégât, mais sacrément secoué. Le lieutenant Dwayne passe un message au cyber-CODIS :  » Toiture effondrée sur habitation, binôme sorti à temps. Je prévois opération de longue durée. Je demande sur les lieu, moyens SSO, VARE, Cellule Sauvetage Déblaiement ainsi qu’un Second Chef de Groupe ». Les services cyber-ErDF se présentent sur les lieux de l’intervention et procèdent à la coupure de la ligne haute-tension présente à proximité de l’habitation en feu. Le chef de groupe repositionne ses lances pour une meilleure attaque du sinistre, attaque qui s’effectue désormais par l’extérieur. Ce ne sont pas moins de 4 LDV qui déversent près de 2000 litres d’eau sur l’incendie, le risque de propagation à la maison attenante est de ce fait écarté.


Au fur et à mesure de l’arrivée des renforts, le chef de groupe sectorise l’intervention et ouvre une deuxième fréquence tactique. Le chef de colonne, le capitaine Guy, se présente sur les lieux et prend le commandement des opérations de secours à 15h02, ce qui donne lieu à l’activation du c-CODIS phase 2. Une reconnaissance dans l’habitation acollée avec la caméra thermique permet de lever définitivement le doute sur tout danger de propagation par conduction. Un VTP est demandé par le chef de colonne pour aider au déblaiement, organisé par la cellule SD, arrivée sur les lieux.

Les opérations d’extinction, de noyage et de déblai se poursuivront jusqu’à 16h30, heure à laquelle le chef de colonne désengage les moyens du c-CIS Lutèce-Sud et laisse le commandement au chef de groupe Lutèce-ouest, afin de parfaire le déblai et assurer une surveillance. L’intervention aura mobilisé, à son apogée, une 30 aine de cyber-sapeurs-pompiers, venus des c-centres de secours de Lutèce-Sud, Lutèce-Nord, Lutèce-Est et du c-SDIS.

____________________________________________________

Synoptique des moyens engagés :

- INC : [FPT 49 - EPC 10 - VARE 01] LUES – FPTL 31 LUEO
- Commandement : [VCG 31 - VLHR 60 - VCC 02] LUES – [VL 123 - VCG 15] LUEO
- SPE : [VPCE 18 - CeSD 01] LUEE
- SSSM : VSS 01 SDIS
Autres services : 17, ErDF

_____________________________________________________
Moyens mis en œuvre :

- 3 LDV 500 sur FPT 49 LUES, dont 1 sur EPC 10 LUES, 1 LDV 500 sur FPTL 31 LUEO.
- 1 caméra thermique pour relevé de point chaud.
- 1 VARE pour gestion des stocks ARI.
- 1 ceSD pour déblai sécurisé.
- 1 VSS pour SSO des équipes engagées sur l’intervention.

_______________________________________________

Bilan humain et matériel :
- 1 habitation individuelle R+1 et combles totalement détruite par l’incendie.
_____________________________________________________
Eléments favorables :

- Forte disponibilité des cybers-sapeurs-pompiers
du CIV, qui ont permis l’armement du FPT, de l’EPC,
du VCG, VCC et VLHR, ainsi que du VARE.
- Bonne prise d’appel de l’opérateur cyber-CTA
qui a engagé un départ normal en premier lieu.
- Attaque massive de l’incendie avec un dispositif
hydraulique conséquent.
- Présence d’un poteau incendie à 40 mètres
du sinistre.
- Absence de squatteurs au moment de l’incendie.
______________________________________________________
Eléments défavorables :

- Effondrement des combles et de la toiture
qui a obligé le BAT à opérer un repli d’urgence
puis une attaque massive par l’extérieur.
- Opération de longue durée, éprouvante pour
le personnel engagé.

______________________________________________________
Crédit photo : service communication – SDIS 19

Rédaction et mise en page :
caporal SBertrand, Service communication du CIV-Pompiers.

Une porcherie dévastée par les flammes à Lutèce

21 mai 2013

Ce lundi 8 avril 2013 à 20 heures 28, le cyber-CTA reçoit de nombreux appels pour un feu Avenue Roi Robert Comté de Provence, à Lutèce, entre le numéro 16 et 18. Les appelants, dont le propriétaire de la porcherie qui semble être victime de cet incendie, signalent de « Grandes flammes et beaucoup de fumées noire ». Fort de ces renseignements et de l’important nombre d’appels reçus en quelques minutes, le cyber-CTA engage en premier départ le FPT 49 et le VCG 31 du centre de secours de Lutèce-Sud, le FPT 48 de la caserne Lutèce-Ouest et le CCFM du C.S Lutèce-Nord. S’ajoute très rapidement à ce premier train de départ le CCA du centre de secours de Lutèce-Est suite à l’arrivée constante de nouveaux appels au C-18.

A 20 heures 46, le premier message du COS de l’intervention, le chef de groupe de Lutèce-Sud, précise au c-CTA :  » je vois un bâtiment agricole totalement embrasé, fumée visible à des kilomètres a la ronde, je poursuis reconnaissance, message suivra. Je confirme d’emblée les engins en transit. » Le bâtiment agricole, d’une surface d’environ 400 m², est la proie des flammes. La toiture est déjà dévorée par les flammes et le propriétaire assiste impuissant à la destruction de sa porcherie. Si aucun blessé n’est à déploré sur le bilan humain, l’exploitant confirme en revanche aux sapeurs-pompiers présents sur place qu’une centaine de porcs se trouvent bloqués à l’intérieur du bâtiment en feu.
Le CdeG fait rapidement établir un LDV 500 sur la face gauche de la porcherie ainsi qu’une lance canon qui va tenter d’atténuer l’incendie sur la façade avant. Les deux lances sont alimentées sur le FPT 49 Lutèce-Sud. Le CCA se présente et reçoit l’ordre d’alimenter le FPT. L’Adjudant-Chef Monitorimpérial, commandant des opérations de secours, complète le dispositif hydraulique avec une deuxième LDV 500 sur le flanc gauche, établie et alimentée par le FPT 48 qui se présente dans la foulée. A ce stade de l’intervention, le feu est toujours virulent et la chaleur dégagée par le potentiel calorifique du bâtiment est éprouvante pour les différents binômes qui luttent contre l’incendie.


A 21 heures 16, le chef de groupe passe son second message à destination du cyber-CTA : « A votre groupe horaire, bâtiment agricole type porcherie totalement embrasé. Pas de risque de propagation. Actuellement 2 LDV 500 et 1 Lance canon Ozzie en cours d’établissement sur les FPT 48 et 49. Je prévois l’établissement d’une autres LDV 500 par le CCFM en transit. L’alimentation sera effectuée par le CCA présent sur place. Propriétaire et 17 sur les lieux ».

Une fréquence tactique est ouverte par le C-CTA pour ce chantier, le CCA effectue des norias entre le poteau incendie situé à 800 mètres de l’intervention et les différents engins. Peu à peu, l’incendie baisse d’intensité et devient circonscrit. L’un des binômes du FPT 48 pénètre alors à l’intérieur du bâtiment et débute une reconnaissance en parallèle à l’extinction. L’incendie est passé maîtrisé à 21h53, tandis que l’extinction et le noyade se poursuivent. Malgré les reconnaissances engagées, aucun animal ne sera retrouvé vivant. L’Adjudant-Chef Monitorimpérial passe « Maître du feu, surveillance durant toute la nuit. Je libère le FPT 49, le CCA et le VCG. Je passe le COS au C/A FPT 48 et libère la fréquence tactique » à 21h57.

Au total, cette intervention aura mobilisé une vingtaine de sapeurs-pompiers issus des c-centres de secours de Lutèce, pour plus d’une heure et demie d’intervention sans compter la surveillance et les rondes. L’incendie aura détruit 400m² de bâtiment agricole et coûté la vie à une centaine de porcs. Triste bilan pour le propriétaire de l’exploitation.

____________________________________________________

Synoptique des moyens engagés :
INC : FPT 49 LUES – FPT 48 LUEO – CCFM 91 LUEN – CCA 01 LUEE
Commandement : VCG 31 LUES
Autre(s) service(s) : 17

_____________________________________________________
Moyens mis en oeuvre :

- 1 LDV 500 sur FPT LUES, 1 LDV 500 sur FPT 48 LUEO, 1 LDV 500 sur CCFM 91 LUEN
- 1 Lance-canon Ozzie sur FPT LUES

___________________________________________________________
Bilan humain et matériel :
- 1 bâtiment agricole de 400m² totalement détruit par les flammes.
- 1 centaine de porc d’élevage carbonisés.

___________________________________________________________
Eléments favorables :
- Présence de la garde type des cyber-sapeurs-pompiers du CIV
qui ont pu armer le FPT, et le VCG.
- Engagement de moyens conséquents dès l’appel et déclenchement
d’un complément par anticipation précoce.
- Attaque massive de l’incendie efficace.

___________________________________________________________

Eléments défavorables :
- Embrasement généralisé de la structure du bâtiment constatée
à l’arrivée du premier détachement sapeurs-pompiers
- Impossibilité de pénétrer dans un premier temps à l’intérieur
du bâtiment pour évacuation des porcs.

___________________________________________________________
Rédaction et mise en page : Caporal SBertrand, responsable service communication, CIV-Pompiers.

Un bus ravagé par les flammes à Lutèce

17 mai 2013


Le Dimanche 7 avril à 17h32, alors que de nombreux cybers-sapeurs-pompiers sont présents sur le CIV, le Cyber-CTA sonne le FPT, le CCGC et le VCG du CIS Lutèce-Sud pour un feu de moyen de transport en commun, au n°1 de la Promenade des Anglais, à Lutèce. L’appel qui motive un départ d’une telle importance a été passé par les forces de l’ordre, déjà sur place, et fait état d’un départ de feu d’origine accidentelle. Une bouteille d’alcool aurait été renversée dans le bus, le feu se serait ensuite déclenché suite à un mégot de cigarette tombé sur la flaque de liquide inflammable. Un malheureux concours de circonstance semble-t-il. En plus du FPT 49, du CCGC 03 et du VCG 31, les moyens du CIS Lutèce-Est sont sollicités dès l’appel, soit le FPTL 29, le FPTSR 14 et le VCG 19.


Il est 17h42 lorsque le CCGC se présente sur les lieux, suivi de près par l’Adjudant-Chef Monitorimpérial, alors chef de groupe Lutèce-Sud. Après une rapide reconnaissance et une prise de contact avec les forces de l’ordre, il s’avère que le bus est vide, et le conducteur ne semble pas avoir été incommodé par les fumées. Le FPT Lutèce-Sud se présente à son tour et reçoit immédiatement l’ordre d’établir une LDV 500. Le CCGC reçoit la mission d’alimentation du FPT. La carburation du Bus est confirmée par le chauffeur, il s’agit du diesel. Il est à noter que les deux jeunes qui semblent avoir mis le feu accidentellement au bus se sont enfuis, et d’après les forces de l’ordre, l’un deux serait brûlé.

à 17h56, le chef de groupe passe un message au Cyber-CTA, confirmant l’adresse et la nature de l’intervention : « Moyens SP Suffisant, je libère les autres engins alertés ».



Le feu se propage rapidement dans le bus, des vitres éclatent, rendant la progression dangereuse pour le binôme engagé. Le chef de groupe renforce le dispositif hydraulique par une deuxième LDV 500 et la LDT du CCGC. Cette action sera déterminante puisque le feu sera circonscrit dans un premier temps, puis très vite maîtrisé. A 18h59, il ne reste plus que quelques points chauds, constitués par les éléments métalliques des sièges, chauffés à blanc par les flammes.

Malheureusement, un départ réel du MDJ écourte cette intervention qui a nécessité l’engagement d’une dizaine de sapeurs-pompiers venus du centre de secours de Lutèce-Sud. C’est le deuxième feu de poids lourd en trois jours enregistré sur le secteur de Lutèce-Sud.

________________________________________________________________
Moyens engagés :
INC : FPT 49 LUES – FPTL 29 LUEE – FPTSR 14 LUEE – CCGC 03 LUES
Commandement : VCG 31 LUES – VCG 19 LUEE

Forces de l’Ordes sur les lieux.

________________________________________________________________

Moyens mis en œuvre :

- 2 LDV 500 sur FPT 49

- 1 LDT sur CCGC 03

_____________________________________________
Éléments favorables :
- Forte présence des cyber-sapeurs-pompiers du CIV
qui ont pu armer le FPT, le CCGC et le VCG, soit une
dizaine d’hommes
- Présence des forces de l’ordre qui a permis de
libérer le chef de groupe de la mission de gestion
de la circulation et de la protection de la zone
d’intervention.
- CCGC alerté dès l’appel, ayant permis la mise en
œuvre rapide de 2 LDV 500 et d’une LDT.

___________________________________________
Éléments défavorables :
- Circulation dense à cette heure de la journée,
ce qui a augmenté le délai de transit des engins
(le FPT s’est présenté 14 minutes après l’alerte.
- Un impliqué, semble-t-il brûlé, évaporé dans la
nature.

_______________________________________________________
Rédaction : Caporal SBertrand, service Communication CIV-Pompiers